Pic de Figuema depuis Fontpédrouse - Le 26 Août 2018

27 août 2018 - 17:59

Départ de Narbonne à 7h, arrivée à 9h à Fontpédrouse. Se garer en bas sous le cimetière au bord de la route de Prats-Balaguer. 19 randonneurs au départ à 9h10 pour une rando qui pour beaucoup était la reprise après un été de farniente. Passage sous le cimetière direction le village, près de l’église, on emprunte de  charmantes petites ruelles escarpées  et on débouche sur la nationale qu’il faut traverser avec prudence, ce qui n’est pas une mince affaire avec un tel groupe ! Le départ du sentier est juste en face. Il a la particularité de présenter un grand nombre de lacets (une cinquantaine au total) qui serpentent sur une soulane aride, peu arborée qui semble plus proche de la garrigue que de la prairie de montagne. Ceci a un avantage non négligeable : les pentes y sont presque toujours douces. Nous arrivons au Canal de Canaveilles (alt : 1470 m) que nous traversons en face (flèches) et continuons sur un sentier en lacets, pas entretenu et presque fermé par endroits. Sur ce trajet, nous rencontrons beaucoup de papillons et, très présente sur le secteur, une curiosité : l’ephippigère des vignes ; cet insecte d’environ 5 cm est une sauterelle rayée de jaune  qui ne vole ni ne saute. Elle était très présente dans les vignes avant les traitements insecticides et appelée localement « pantigue » ou « patangane ». Nous arrivons sous un champ de pare-avalanches. Nous le contournons par la droite en suivant la clôture au plus près. Sa construction ayant probablement coupé le sentier originel, c’est le seul endroit où la pente est raide. Nous débouchons ensuite sur un chemin qui devient une piste et traversons une verte prairie qui contraste totalement avec l’aridité précédente. Contourner un parc à bestiaux par la gauche et quitter la piste dès qu’elle en rencontre sur la droite une 2ème ; tourner alors à 90° à droite pour traverser « à la louche » la forêt. Nous débouchons rapidement sur une autre piste et apercevons à gauche l’émetteur du Pic Figuema. Arrivée 13h pour la pause-déjeuner. Le sommet, même s’il n’est pas haut (2020 m) et s’il n’est pas du tout spectaculaire, offre des angles de vue inhabituels sur la Cerdagne et le Capcir. On a parfois du mal à reconnaître les sommets connus tels que le Cambre, le Carlit, les Péric et le Madres. Le plus intéressant est peut-être la vue sur le fort de Mont-Louis. Retour (14h) par le même chemin jusqu’au Canal de Canaveilles, sauf avant le parc à bestiaux où on quitte la piste pour atteindre une mare en contrebas et au pare-avalanches que l’on contourne par la droite. Arrivés au canal de Canaveilles ( Alt : 1470 m), nous le suivons en tournant à gauche. Très beau passage en bordure du canal sur quelques kms ;  certaines, probablement attirées par la limpidité et la fraicheur de son eau, effectuant un plongeon involontaire et sans gravité dans son lit... Cet ouvrage datant de 1860 avait pour but d’irriguer le petit village de Canaveilles ; il est long de 13,4 km et on ne peut qu’être admiratif devant le travail effectué dans ce milieu hostile avec toutes les contraintes de pente inhérentes à un tel ouvrage. On continuerait bien à descendre lentement le long du cours d’eau mais il ne faut surtout pas oublier de prendre la bifurcation à droite au niveau d’un panneau explicatif. La suite de la rando s’annonce des plus tranquilles avec une douce descente en lacets (encore !) jusqu’au refuge des Courals. Hélas ! Juste avant le refuge, une cassure se produit dans le groupe et la queue du peloton bifurque en direction de Llar ! Incident sans gravité vite réparé grâce aux téléphones portables. Passage ensuite en forêt et nous rejoignons un 2ième canal (de Fontpédrouse), à sec cette fois, que nous longeons un bon moment. Ne pas louper le virage à gauche au niveau du panneau explicatif. Traversée de la voie ferrée du Train Jaune et arrivée dans Fontpédrouse sur la Nationale. La longer (attention danger !) pour arriver aux voitures (17h30).

Bilan : 7h de marche, 17 km et 1100 m de dénivelé

Commentaires