LE VENTOUX ET LES DENTELLES DE MONTMIRAIL- 2 et 3 Juin 2018

5 juin 2018 - 15:54

VENTOUX (alt. 1911m) – le 2 juin 2018

Le Mont Ventoux… Un colosse de 1911 m. Aux premiers contreforts verts faits de vigne puis de forêts succède ce paysage lunaire sur lequel, telle une bougie, est posée une tour avec son antenne blanche et rouge, qui abrite un réseau de télécommunications et une station météo. Col mythique hors catégorie, le Mont-Ventoux attire cyclistes amateurs et professionnels depuis l’invention du vélo ; mais il est aussi superbe pour la randonnée, en marchant on peut mieux  profiter de la vue qu’offre le sommet.

Départ en face de Brantes, hameau Les Bernard près de la maison forestière (alt. 597m) pour l’ascension du Ventoux par la face Nord, la plus sauvage et la plus ombragée. Il est 9h. Nous choisissons de prendre la large piste qui traverse la forêt plutôt que le GR9 situé plus bas. L’endroit est agréable et ombragé. Au départ la pente est modérée ce qui nous permet « d’avaler » plus de 4 km durant la première heure. A l’altitude 800 m, nous rejoignons le GR9 et là commence une montée nettement plus raide mais régulière. A l’altitude 1400 m, nous atteignons une cabane forestière et, peu de temps après nous quittons sur la droite le GR9 pour le GR4 (Alt : 1416 m). C’est alors que commence une longue ascension en lacets de plus en plus serrés vers le sommet. A environ 1700 m d’altitude, la forêt se fait de plus en plus rare et rabougrie ; elle laisse place aux célèbres cailloux blancs qui ont fait la réputation du Mont Chauve. Le temps est lourd et orageux ; la réverbération du sol accentue la chaleur ambiante et les premiers nuages montent par le Sud. Heureusement que nous avons eu largement le temps d’admirer le paysage tout au long de la montée ! Arrivés au pied de l’émetteur télé, changement radical de météo : il fait froid et le vent se lève. Il y a foule avec le balai habituel des cyclistes qui s’ajoutent aux touristes venus en voitures ou motos. Il est 13h15 ; nous trouvons un coin abrité près des bâtiments pour une pause-déjeuner bien méritée. Un peu frustrés par la visibilité qui ne va guère au-delà du chalet Reynard, nous faisons le tour des lieux et la photo de groupe qui s’impose au sommet. Quelques coups de tonnerre  nous invitent à quitter rapidement ces lieux exposés et à « bâcher » au plus vite. A 14h, nous amorçons la descente par le même itinéraire et sous la pluie… Au début, dans les cailloux, la plus grande prudence est de mise mais ensuite le sol est beaucoup moins accidenté et la marche est plus tranquille, d’autant que la pluie a cessé. Malgré ce, la fatigue aidant, le chemin semble de plus en plus long… Il est 17h30 lorsque nous rejoignons enfin les voitures et leur précieux contenu : des gâteaux maison pour un petit goûter très apprécié et bien mérité.

Distance 25.5 kms – dénivelé : 1400m – temps de marche : 8h

 

Dentelles de Montmirail – le 3 juin 2018

Les dentelles de Montmirail sont situées entre  Beaumes de Venise, Vacqueyras et Gigondas....

Situées juste à l’ouest du mont Ventoux, les Dentelles de Montmirail sont des collines dont les fines crêtes déchiquetées donnent un aspect spectaculaire, parfois même montagnard. Comme toutes les chaînes provençales, elles sont orientées est-ouest, contrecoup du plissement pyrénéen. Des dalles de beau calcaire dur, redressées à la verticale par les forces tectoniques, puis ciselées par l’érosion, en font un paradis pour l’escalade et la randonnée. Le massif des Dentelles de Montmirail est constitué de trois arêtes parallèles. Au nord-est se trouve la crête de Saint-Amand qui culmine à 732 m, au centre se trouve les Dentelles Sarrasines avec leurs 667 m d'altitude et au sud le Grand Montmirail domine de ses 553 m la plaine du Comtat Venaissin. Ces trois arêtes sont séparées par des vallons recouverts d'une chênaie verte souvent impénétrable. De vaillants vignerons, reconnaissant dans les terres constituant ces vallons un admirable terroir, défrichèrent quelques parcelles pour y planter leurs vignes. La chênaie qui occupe le fond des vallons cède avec l'altitude la place à la garrigue qui s'amenuise peu à peu pour laisser la place à l'univers minéral des crêtes. Nous allons aujourd’hui parcourir les Dentelles Sarrasines, qui culminent à 627 m au rocher du Turc.

Départ de notre rando à 8h 15 du gite « la ferme de Montmirail » alt. 252 m en empruntant le  chemin de terre de Longuetoque qui serpente à travers les vignes en terrasses en  laissant place à quelques forêts de pins et résineux. Nous récupérons le balisage GR de pays qui nous mène au village de Gigondas qui comprend 550 habitants. Bien installé au bas d'une colline, Gigondas prend forme en dessous de l’église Sainte Catherine du XIe siècle, sa tour centrale flanquée d'un beffroi et campanile et d'un vieux cadran solaire et offre depuis son parvis une vue panoramique superbe. Les vestiges des anciennes fortifications et le mur d'enceinte descendent et longent le village à l'est. A coté de l'église, se trouve  des vieux bâtiments érigés en 1678 par une confrérie religieuse pour accueillir des pauvres et des enfants. Devenus un hospice en 1800, il est abandonné par la suite jusqu’à un plan de restauration entrepris à partir de 1982 par plusieurs associations du village aidées de la Municipalité. Cet ensemble domine tout le vignoble de Gigondas. Beaucoup plus haut sur l'arête rocheuse, les ruines du château médiéval veillent sur le village comme une sentinelle. A la sortie de Gigondas, à quelques centaines de mètres se trouve la chapelle des Saints Côme et Damien. Nous suivons un balisage bleu qui nous conduit à travers garrigue jusqu’ à la fontaine de Tonin et au col du Cayron (alt. 394m). Il est 10h, nous voici donc au pied des Dentelles ; par un sentier étroit nous commençons une montée courte et raide qui nous amène au pied des falaises (alt. 550m). Nous avons une vue plongeante sur le vignoble et les terrasses verdoyantes. Nous suivons d’abord un sentier étroit qui longe la falaise sur le versant nord à travers buis, chênes verts et blancs, cades. Nous le quittons pour le versant sud par une cheminée étroite, passages techniques qui demande la plus grande prudence.  Au bout de  20mn, tout le monde a franchi l’obstacle avec succès. Nous continuons sur ce versant sud jusqu’au rocher du Turc. Nous admirons la très belle arche Pousterle-Turc et par cette belle fenêtre, nous avons une vue splendide. Nous descendons jusqu’au col pour trouver un espace plat pour notre pause déjeuner, il est midi. Après 45mn de repos nous amorçons la descente tout d’abord par un chemin étroit, puis de plus en plus pentu et caillouteux ; le balisage bleu a disparu et nous nous frayons  un passage à travers les quelques arbres qui nous tendent leurs branches afin de ne pas chuter. Nous atteignons enfin une vigne située au pied de la falaise que nous longerons sur 800m afin de rejoindre le col d’Alsau (alt. 445m). Nous laisserons sur notre gauche le chemin qui rejoint la Tour Sarrazine, et après avoir longé la grande piste sur 1km nous empruntons une descente pour rejoindre l’itinéraire du matin. Arrivée près des voitures à 14h30.

Distance :  11.600kms – Dénivelé : 570m – temps de marche : 5h

Commentaires