BABEAU BOURDOUX (Cauduro, source du Vernazobre) le 22 Avril 2018

24 avril 2018 - 11:17

 Il faut compter 1h de route pour rejoindre le charmant village de Babeau-Bouldoux dans l’Hérault. Stationnement et départ du parking au centre de ce village. Née en 1921 de la fusion de deux villages, la charmante commune de Babeau-Bouldoux vit paisiblement à cinq kilomètres de Saint-Chinian. Ici aussi la viticulture a bien sûr joué un grand rôle dans le développement du village. Mais c’est la source du Vernazobre qui devient l’endroit le plus prisé quand viennent les chaleurs estivales.

La randonnée démarre  à l’alt. 180m par une large piste forestière que l'on abandonne au bout de quelques kilomètres au profit d'un sentier en balcon qui surplombe le Vernazobre. Nous sommes sur un terrain acide au vu de la végétation que nous découvrons :  lavande à toupet, bruyère arborescente, chênes verts et blancs, amélanchiers, etc….  Nous abandonnons la piste pour emprunter  un petit sentier  très ombragé  qui monte régulièrement dans un décor de buis pour atteindre le hameau  de Rieussec  de Pardailhan à l’alt. 519m. Un beau troupeau de vaches et un taureau ont attiré notre regard ; puis une petite descente par un chemin ombragé nous amène au hameau de Cauduro (alt. 502m). Situé sur la commune de Babeau-Bouldoux, il semble avoir été oublié par le temps. Dans ce hameau « au bout du monde » situé sur un promontoire, seulement 3 maisons sont habitées à l’année, 2  sont des résidences secondaires et 7 autres ont retrouvé vie  en gîtes ruraux.

On peut encore visiter un four communal dit "four banal" avec sa lourde porte en fonte, une maie pour pétrir la pâte ainsi qu'un outil hors du monde moderne, un "ventadou" qui permettait d'extraire le son de la farine en la ventilant. La chapelle est désaffectée depuis le début du XXe siècle et les dernières cérémonies religieuses ont eu lieu au début des années cinquante.

 En 1914, la grande guerre a mobilisé 11 conscrits. Ils sont partis en charrette jusqu'à la gare de Saint Chinian après de joyeuses festivités qui leurs ont porté chance puisque tous sont revenus en 1918 sains et saufs mais ils ne revinrent pas dans le village où ils virent le jour.

Il est 12h30, nous faisons la pause-déjeuner dans ce lieu reculé du monde mais ô combien reposant. Il faut repartir, nous finissons de traverser ce joli hameau  et nous  descendons  par une jolie petite sente jusqu’à la source du Vernazobre. Le niveau du ruisseau  est important suite aux pluies tombées les jours et semaines précédents ;  il faut donc jouer les équilibristes car le cours d’eau  a utilisé le chemin comme terrain de jeux. Son débit est déjà conséquent dès sa source. C'est une source généreuse, régulière qui fournit en partie l'eau à Saint Chinian et aux villages d'alentours.

Maintenant, notre chemin va suivre le cours du ruisseau pour atteindre le Moulin de Malibert qui est en ruine. Il possédait deux meules et pouvait moudre jusqu'à 100kg de blé par jour soit 50kg de farine. Un peu plus bas, nous  croisons la colonie de vacances et l’observatoire astronomique du hameau de Malibert. 

Nous plongeons ensuite  dans la vallée par un sentier qui vient juste d’être réhabilité et nous retrouvons le village et nos véhicules.

Total : 15 km, 500 m de dénivelé et  5h30 de marche.

Pot de fin à l’ombre des platanes du bistrot de St Chinian. 



Commentaires