WEEK-END A CASTELLANE Les 25, 26, 27 et 28 Mai 2017

31 mai 2017 - 13:02

Sentier Batisdon – jeudi 25 mai 2017

16,5 kms – 900 m de dénivelé

Départ du gite de Castellane  à 7h50  en voiture pour un trajet de 25 kms (40mn) pour rejoindre La Palud sur Verdon, point de départ de notre rando. Parking à côté de  l’église Notre Dame de La Palud (alt. 920m), nous passons près de la fontaine et du lavoir où l’eau coule sans discontinu alimenté par la source des Graniers. A  8h45 notre chemin (GR 4) monte très rapidement au dessus de la Palud,  au milieu d’une végétation méditerranéenne avec chênes, chênes verts, hêtres, buis, pins, amélanchiers, genévriers, campanules, lin blanc, aphylanthes de Montpellier, genêts, puis sur les crêtes sous la Cime de Barbin, pour en descendre sur un sentier escarpé dans le ravin du Brusc. Nous avons une vue plongeante sur le plateau de Barbin avec son château en ruine et cette magnifique petite maison isolée. Le dénivelé se fait plus agréable dans une végétation de conifères importante et nous arrivons au Belvédère de Maireste.

 Les gorges sont très profondes et nous apercevons parfois la couleur turquoise de l’eau du Verdon qui coule tranquillement. La forêt va devenir omniprésente en apportant ombre et  fraicheur et nous profitons  de ces lieux pour trouver un abri convenable pour le repas. Nous repartons et à l’alt. 818m, nous empruntons le sentier du  Batisdon qui parcourt une partie du grand Canyon par un chemin en balcon. Ici les falaises sont moins imposantes et le Verdon n’apparait que très rarement. Le parcours est cependant magnifique sur ce sentier parfois escarpé. De très beaux points de vue sur les parois parfois noyées de végétation nous ramènent à la Palud sur Verdon. Ce village compte deux édifices majeurs : l’église et le château.

L’église Notre-Dame de Vauvert a été bâtie en 1870. Son clocher, inscrit aux monuments historiques, date du XIème siècle. Le château dont la période de construction se situe entre le XVII et le XVIIIème siècle, est également inscrit aux monuments historiques. Devenu communal dans les années 80, il a été rénové pour abriter la mairie, l’écomusée de la Maison des Gorges du Verdon et de nombreuses salles pour les diverses activités et manifestations du village. Fin de rando à 17h.

 

SENTIER BLANC - MARTEL au départ CAF de la Maline – vendredi 26 mai 2017 –

14 kms - 850m de dénivelé

Nous laissons un véhicule au point Sublime pour le retour ; puis nous nous dirigeons au chalet CAF de la Maline, point de départ officiel du sentier Martel.  Début de la rando à 9h15 en descendant par le  chemin balisé rouge/blanc, le GR 4,  et suivre direction Point Sublime. Nous apercevons tout en bas le Verdon avec sa belle couleur turquoise ; et tout en haut, sur la falaise rive gauche, l’auberge des Cavaliers avec vue plongeante sur les gorges.  La végétation et la flore sont abondantes, iris, molènes, campanules, genêts, laitue sauvage, lin de Narbonne, lin blanc,  Hélianthème blanc et jaune, sauge, phalangères à fleurs de lys, amélanchiers, buis arborescents à la taille rare, cades vieux de plus de mille ans aux troncs entortillés de façon spectaculaire.....

Après la descente des éboulis de Guègues dont l’inclinaison est à 40°, (gros pierrier aménagé), on atteint la grande grotte de la Baume-aux-Bœufs, puis on continue pour arriver avant la Brèche Imbert à un croisement qui indique «Mescla» (mélange des eaux de l’Artuby et du Verdon),  ou «Point Sublime». Rester sur le GR 4 à gauche vers le Point Sublime. Nous atteignons en peu de temps la Brèche Imbert avec ses 6 échelles, totalisant 252 marches d'escalier métallique pour descendre les 100 mètres de dénivelée.  Belle vue surplombant le Verdon  entre deux parois rocheuses où la flore est différente et abondante dont une espèce endémique du Verdon, la Doradille. Ensuite le chemin remonte le long du Verdon, tantôt très haut au dessus du cours d'eau, tantôt très proche,  et c’est dans un abri sous la roche que nous trouvons refuge pour notre déjeuner. Relief caractéristique du calcaire travaillé par l’eau : les couches plus tendres ont été creusées alors que les strates plus résistantes restent en relief.

Nous arrivons rapidement  vers une belle plage de galets, dans le défilé des Baumes-Fères. Nous pouvons enfin tester la fraicheur de l’eau du Verdon avec nos pieds et admirer sa puissance (attention aux montées brutales du niveau de l’eau qui peuvent se produire en fonction des lâchers depuis le barrage de Castillon). Au-delà, le sentier remonte un peu  par endroits ou descend avec des passages un peu raides demandant un bref usage des mains courantes.   Les gorges se resserrent à nouveau, obligeant le sentier à passer une succession de 2 tunnels : le premier long d’un centaine de mètres est le tunnel du Trescaîre et le deuxième , le Baou, long de 670 mètres. Dans celui-ci, une fenêtre découpée dans la roche permet d’accéder à la Baume aux Pigeons qui permet de voir le couloir Samson.

Un escalier métallique équipe la sortie du tunnel du Baou qui permet de redescendre au bord du Verdon, au lieu dit « le Solitaire ».  Il reste  encore 30mn de marche et une petite remontée pour  rejoindre le parking du point Sublime. Fin de rando à 16h30.

 

Les Gorges de Saint Pierre (Pays du haut Verdon)  Villars-Heyssier, Beauvezer -  Vall d’Allos– Samedi 27 mai 2017

 Distance : 13kms – dénivelé : 880m

Départ en voiture de Castellane  à Villars-Heyssier pour un trajet de 46 kms en 1h de route.

Le sentier des Gorges de St Pierre, creusé dans la roche, illustre le besoin des habitants de Beauvezer d’avoir un accès aux pâturages. Outre son sentier remarquable, une des particularités des gorges est liée à leur inaccessibilité. Départ de la rando à 9h15 à l’alt. 1 310m.

Nous prenons le sentier des gorges creusées par un affluent du Verdon, le Ravin de Saint-Pierre ; le torrent a mis à nu des matériaux fortement plissés. Les hauts sommets périphériques forment des montagnes aux formes douces et érodées. C’est là que le spectacle commence, par un sentier aérien ; au premier pont de bois, une cascade dégringole sur des marches de pierre ; nous sommes alors enfermés dans un cirque rocheux aux nombreuses couches feuilletées. Nous longeons les gorges et plus on avance, plus les gorges sont profondes : d’un côté une rive droite chaude et aride, de l’autre, une rive gauche humide et fertile, donc très boisée (pins sylvestres, pins à crochets, alisiers,…).  Et pourtant seuls quelques mètres séparent les deux rives ! Bientôt on ne verra plus le fond.

Le torrent dégringole en une succession de cascades, rythmée par les plis géométriques de la roche calcaire. Des grottes se cachent dans l’ombre ; des oiseaux s’amusent dans le canyon.

Nous arrivons à la hauteur d’une passerelle (ravin de St Pierre – alt. 1 561m), dont le sentier grimpe en forêt par une pente régulière jusqu’à rejoindre, au milieu d’une petite prairie, la cabane de Chabanal (alt. 1965m). La fraicheur des sous bois est appréciée et la forêt de résineux et de mélèzes signe la présence de la moyenne montagne. Nous faisons notre pose pique-nique et reprenons notre itinéraire qui petit à petit quitte la forêt pour laisser place à un décor minéral où la végétation disparait. Ce terrain  constitué de passages dans des pierres délitées  subit fortement les effets de l’érosion et l’attention  est au plus haut niveau surtout dans les passages en dévers. Quelques fleurs peu habituelles rappellent qu’elles ont bénéficié de conditions particulières dues à leur isolement. C’est ainsi que l’on remarque la primevère rose souvent cachée à l’abri des cailloux. Quelques cascades dévalent les pentes et amènent de la fraicheur propice au développement de la grassette des Alpes (plante carnivore) et de l’anémone hépatique. Après plusieurs passages délicats, nous voici à la cabane de Congerman (alt. 1 867m) qui sert de gîte. Notre itinéraire descend en forêt et retrouve la passerelle vue le matin ; La boucle est presque bouclée, nous reprenons une partie de l’itinéraire du matin pour rejoindre le parking. Fin de rando à 16h15.

COLMARS les ALPES – (alt. 1 250m)

Village de montagne bordé par les eaux tumultueuses du Verdon, Colmars se caractérise surtout par sa belle architecture militaire classique.

Il conserve de beaux vestiges de son glorieux passé militaire : les remparts crénelés  du 12e s. au 14e s, deux portes :  la Porte de France  et la Porte de Savoie.

Autres monuments remarquables : la chapelle St Joseph 16e et 17e s. avec son retable, la fontaine de la forge et celle des lavandières dite de la Bugade, l’église St Martin avec sa porte Gothique 16e s et son retable du Rosaire 17e s.

 

Moustiers St Marie – dimanche 28 mai 2017

Distance : 8 kms – 520 m de dénivelé

Départ de notre gîte  de Castellane à 8h et nous arrivons à Moustiers Sainte-Marie  (un des plus beaux villages de France), capitale provençale de l'art faïencier.

Nous garons les voitures en bas du village et partons à la visite du magnifique  village de Moustiers blotti entre deux barres rocheuses séparées par un torrent. On peut atteindre par un bel escalier de pierre le sanctuaire de Notre-Dame-de-Beauvoir (alt. 690m) qui s'appelait autrefois Notre-Dame-d'Entreroches.

Quelques dizaines de mètres au-dessus de l'édifice, une vieille chaîne est fixée aux deux falaises abruptes pour soutenir une étoile dorée suspendue. Cette étoile aurait été mise en place au XIIIème siècle, à la suite du voeu fait par un chevalier au retour d'une croisade. Cette chapelle est aussi connue pour un phénomène particulier appelé la "suscitation" : les enfants mort-nés reprenaient vie lorsqu'on les portait dans cette chapelle, le temps qu'ils reçoivent le baptême. De nombreux cas sont ainsi enregistrés.

Après avoir dépassé l’église, le chemin continue de grimper au travers du ravin de Notre-Dame. Entre la randonnée et l’escalade, on grimpe comme on peut à la recherche des balisages. La pente est vraiment raide. Nous atteignons l’alt. 900m au ravin Notre Dame et le chemin devient beaucoup plus facile.

Le paysage est superbe et, de la garrigue plutôt sèche, on passe au Lac de Sainte-Croix  et à un paysage un peu plus verdoyant en rejoignant le sentier de la chaine à l’altitude 920 m. Très belle vue sur le lac avec sa couleur émeraude. Nous arrivons au chemin  de Courchon (alt.830m) appelé voie Romaine (c’était encore au XVIIIe siècle, une voie de communication importante qui permettait de relier Aix à Castellane). Nous faisons notre pause déjeuner au milieu de ce beau paysage en crête et par une boucle nous rejoignons le ravin Notre Dame  pour retrouver  le chemin du matin en sens inverse. Nous avons une vue plongeante sur les toits de Moustiers et terminons notre rando à 14h. Il ne reste plus qu’à regagner nos voitures et faire 370 kms pour rentrer à  Narbonne.

Commentaires