TAURINYA, ST MICHEL DE CUXA le 21 Mai 2017

23 mai 2017 - 07:34

Partis de Taurinya sous un beau ciel bleu, nous sommes 21 personnes à découvrir peu après le village les vestiges de l’ancien site minier de Salver, avec ses intéressants panneaux d’explication sur l’extraction du minerai de fer. C’est un très important patrimoine industriel restauré et mis en valeur de ce qui fut une des ressources principales de Taurinya. Notre chemin continue à travers la forêt de châtaigniers et feuillus, en montée, en balcon puis en descente avant de découvrir un autre vestige : la Tour de Corts. C’est en réalité la chapelle Saint Valentin de Corts du 11e siècle, appelée la Tour à cause de sa position dominante et son architecture massive. C’est l’ancienne église paroissiale de Corts, village aujourd’hui disparu. Utilisée comme Ermitage par le doge vénitien Pierre Orseolo, elle accueillit aussi pendant plusieurs années Saint-Romuald.

Nous continuons sur un joli sentier en descente, toujours en forêt et en longeant le canal de Bohère, traversons la Llitera par un petit pont en bois avant de remonter et d’arriver sur le parking de l’Abbaye Saint Michel de Cuxa.

Dans le jardin attenant, les iris tardifs sont encore en fleurs. Nous trouvons un endroit magnifique sous 2 tilleuls pour pique-niquer et à 14 h nous profitons de cette occasion pour visiter l’Abbaye. C’est la plus grande église pré-romane presque intacte conservée en France. Commencée en 956 elle a été consacrée en 974. Au 19e siècle elle tombe petit à petit en ruine et c’est entre autre grâce au Festival Pablo Casals que l’Abbaye a pu être restauré.

Notre randonnée continue derrière l’Abbaye en passant devant la stèle du doge Pierre Orseolo. Après une montée sur la piste forestière nous arrivons à un des siphons du canal de Bohère. Ce canal d’irrigation agricole est avec ses 42 km le plus long du département. Il fut construit au19e siècle, il part de Serdinya où il capte l’eau de la Têt et va jusqu’à Marquixane.

La mise en place de nombreux siphons permet le franchissement des vallées de la Rotha, du Cadi et de la Llitera (ce dernier permet d’alimenter en eau l’abbaye).

Nous continuons notre montée sous le soleil, sans trop d’ombre, mais avec des superbes points de vue sur le Canigou, la chaîne des Pyrénées, la retenue d’eau de Vinça et sur la mer. Une première descente nous emmène au col de Clara et une deuxième après la traversée de la Llitera à Taurinya.

A Ille sur Têt nous avons bu le pot de l’amitié et partagé les nombreux gâteaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires