WEEK-END A FUMEL (Lot et Garonne) 28, 29 Avril et 1er Mai 2017

3 mai 2017 - 08:35

Sabine a organisé ce week-end du 1er mai à Fumel dans le Lot et Garonne afin de participer aux « 47km du 47 ». Nous logeons au camping  du « Domaine de Guillalmes » à Condat. Les 19 participants se partagent les 5 chalets qui nous sont attribués. Le camping est calme, bien ombragé en bordure du Lot. Il fait beau, nous installons les tables dans la pelouse pour partager notre pique-nique.

A 13h30, nous nous rendons en voiture jusqu’au joli village de Bonaguil où démarre notre rando. Nous commençons par visiter le magnifique château qui domine le village, sa construction débuta au XIII ème  et c’est poursuivie au fil des siècles, il a été acheté en 1860 par la mairie de Fumel pour 3000 francs. Il est dans un bon état de conservation et a été classé monument historique le 18 Avril 1914.  Ce château n’eut jamais à subir d’attaque et fut habité jusqu’à la révolution.

Nous passons le pont levis et découvrons une architecture imposante : la tour ronde, la tour rouge, la tour carrée, la tour grosse haute de 40m fut l’une des plus importantes du royaume. Au fil de notre visite nous découvrons de nombreuses cheminées, un puits, un fournil, le logis seigneurial  est en excellent état. Marguerite de Fumel fut la dernière châtelaine de Bonaguil et fit aménager un jardin à la française qu’elle pouvait admirer depuis les fenêtres de son logis. En montant sur la terrasse nous bénéficions d’une vue plongeante sur l’ensemble du château, du village et des collines environnantes. Pour tout connaître de ce superbe château je  vous propose d’ouvrir le lien suivant : http://www.chateau-bonaguil.com/fr/parcours-de-visite

Nous prenons un agréable sentier qui serpente dans un bois et qui débouche ensuite  dans une campagne très verte et fleurie. Tout au long de notre circuit nous pouvons apprécier  de belles demeures en pierre. Nous apercevons le château de Sauveterre-la-Lemance puis la carrière du même village. Au loin sur son éperon rocheux la masse du château de Bonaguil apparaît, une photo de groupe et la boucle est bouclée. Nous avons marché 16,2km avec 434m de dénivelé.

 

 Dimanche 30 avril 2017

«Les 47 km du 47» : 10e édition de la plus grande manifestation pédestre du Lot-et-Garonne
 Cette manifestation est avant tout le rassemblement d'amoureux de la nature de tous âges, de toutes conditions (en famille, entre amis, entre sportifs aussi) sur six distances au choix (10, 18, 23, 33, 40, 47 km). Cette année 1100 participants étaient au départ.

Le départ des 47 km se fait entre 8 heures et 9 heures. A partir de 12 heures, des navettes de bus ramènent ceux qui le souhaitent au centre culturel à Fumel. Au départ du centre culturel à Fumel, le circuit en boucle traverse les villages ou hameaux de Bonaguil, Sauveterre-la-Lémance, Blanquefort-sur- Briolance, Saint-Front-sur-Lémance, Cuzorn et Fumel. Cinq ravitaillements sont prévus dans ces villages étapes.  La fermeture du circuit est à 19 heures.

Le jour J est arrivé, et nous sommes 19 participants motivés prêts à 8h pour le départ de cet itinéraire pas comme les autres. Chacun prend son rythme et se laisse porter par le paysage varié qui permet de découvrir la campagne et ses habitations traditionnelles, des sous-bois de résineux, de chênes, châtaigniers     , des vallées, collines, ruisseaux et vestiges du passé. Cette boucle de 47 kms et 1200m de dénivelé dans le Fumélois nous invite à la rencontre de 5 châteaux et, surtout une découverte « à couper le souffle »  Bonaguil , le dernier des grands châteaux forts du Moyen-âge.

Une équipe va faire les 23 kms jusqu’à Blanquefort-sur-Briolance ; une autre équipe tente et réussit les 33 kms jusqu’à St-Front-sur-Lémance; et enfin 9 autres randonneurs essayent de boucler les 47 kms. La cohésion du groupe et le coach Pierrot prodiguant conseils et encouragements permettront à tous de boucler la boucle en 9h30 de marche avec arrêts compris malgré l’orage et la pluie qui les ont accompagnés lors des douze derniers kilomètres.

A l’arrivée l’organisation avait prévu un plateau repas maison, délicieux et copieux qui a réchauffé les corps trempés et frigorifiés. La soirée s’est terminée dans un ordre inhabituel par un apéro et petits gâteaux pris dans un chalet de notre village de vacances.

Lundi 1er mai 2017 :

Penne et Tournon d’Agenais :

En ce 1er mai, Sabine, notre accompagnatrice avait prévu une randonnée de 12,5 kms et 340 m de dénivelé autour de Tournon d’Agenais ; la météo très variable et quelques corps fatigués l’ont amenée à modifier ce programme et à n’en conserver que la partie touristique : la découverte  de la vallée du lot et de ses richesses.

Nous arrivons à Penne d’Agenais, cité médiévale sur les bords du Lot ; c’est une ancienne place forte, comme en témoignent les ruines d’un ancien château-fort édifié par Richard Cœur de Lion, dominée par la basilique Notre-Dame de Peyragude, édifice récent (1897-1948) de style romano-byzantin reconnaissable de loin à sa coupole argentée.  Son histoire débute vers l'an 1000, avec la construction d'une chapelle dédiée à Notre Dame de l'Assomption. Cette merveille architecturale en forme de croix Grecque accueille toute l’année fidèles et touristes. Un magnifique chemin de croix en 14 gravures qui ne représente pas des personnages mais des mains, instruments et objets a été réalisé par le peintre décorateur Henri Lefay dès 1949. Il est gravé dans la pierre et peint.

Le vieux village de Penne-d’Agenais invite tout particulièrement à flâner dans ses ruelles en pentes bordées de jolies demeures,  certaines à encorbellement ou à colombages. La rue « Bombecul » attire les visiteurs dans les ateliers-boutiques, qui pratiquent le tissage, la bijouterie, la maroquinerie, le  verre soufflé… Après une bonne heure de visite, nous prenons la direction  de Tournon d’Agenais à 17 kms de là.

Tournon d'Agenais est une bastide médiévale érigée sur une colline surplombant vallées et routes. Cette bastide royale fut fondée au XIIIe siècle. Aujourd’hui, 1ier mai, c’est la fête des fleurs ; la place centrale est réservée aux fleuristes et exposants présentant des arbustes, des plantes aromatiques, des bulbes, et des produits locaux comme le miel, fraises et une spécialité locale « la Tourtière », dessert à base de pommes, de  pâte feuilletée  et sauce à base d’alcool. Notre regard se porte sur le beffroi de Tournon d’Agenais  qui date de 1637 avec  l’horloge lunaire qui permet d’indiquer les phases lunaires avec exactitude. On remarque l'église Saint-Barthélemy (fin du XIXe), dont le premier clocher a été détruit, en 1953. La construction d'un clocher château d'eau, amenant ainsi l'eau courante dans le village a été faite en 1957. Une belle demeure construite au XIIIe siècle modifiée au XVe siècle par un ajout d'une tour-escalier ne laisse pas le visiteur indifférent. Après quelques achats et une averse qui nous oblige à trouver un abri d’urgence, nous regagnons nos voitures pour prendre le chemin du retour sur Narbonne. Ici s’achève notre séjour dans le Lot et Garonne avec le sentiment de n’avoir vu qu’une toute petite partie de ses richesses et l’envie d’y revenir.



 

Commentaires