CASTELNAU DE GUERS le 19 Mars 2017

20 mars 2017 - 18:16

Castelnau de Guers, un village médiéval perché, est établi sur un éperon rocheux dominant la plaine viticole de l'Hérault au Nord et une zone de garrigues au Sud.
Le village doit son nom aux Barons de Guers, qui régnèrent au château de Castelnau jusqu'au XVIIIe siècle.

Nous nous garons sur le parking du cimetière et suivons le balisage jaune qui démarre derrière le cimetière. Nous empruntons tantôt des pistes, tantôt des sentiers dans un ensemble de pinèdes (pins d’Alep) qui enchâssent des parcelles de vignes, quelques oliviers et la flore classique de la garrigue. La flore est au rendez-vous ; nous admirons les iris nains jaunes, bleus, albinos, les orchis Robertiana, Ophrys Sphegodes et Scolopax , Ciste cotonneux, Asperges, Thym, Grémil ligneux, Narcisse, Bourrache, Ornithogale en ombelle …

Nous arrivons ainsi  à la chapelle Saint-Nicolas de Talpusiac, à la croisée du « cami Peissonier » (chemin poissonnier) et du « cami salinier » (route du sel). L’édifice est délabré malgré les efforts de  rénovation fournis par Jules Genieys en 1880, qui constatait l'irrésistible mouvement des "Écoles sans Dieu" (1880-1895) qui conduisit la France à l'une des marques majeures.de son exception culturelle : le principe de laïcité.  Continuation vers l’Etendoir des Fées « l'espandidor de las fadas » en occitan. C'est une formation géologique assez spectaculaire et inédite dans la région : sur environ 200 m de long et cinquante de large, une épaisse strate de grès a subi une érosion qui lui a donné des formes arrondies. La roche est toute tachetée ce qui ajoute à l'originalité du site. La pluie laisse des flaques dans des cupules qui se sont creusés au sommet de certains rochers. La légende prétend que, les soirs de pleine lune, après la pluie, les fées viennent laver leur linge et le sécher sur les rochers. Mais point de pleine lune, donc point de fées ! Dommage !

 Nous entrons ensuite sur le territoire de Montagnac  « Terroir d’Art et Nature » créé par les vignerons coopérateurs qui ont installé des sculptures de pierre posées à l’angle de quelques vignes. Nous traversons un tout petit ruisseau  (la Combe de Fraisse), pour rejoindre un joli paysage lumineux dont la terre orangée mélangée aux couleurs de la vigne, des amandiers et des agaves donnent une touche particulière à ce lieu appelé  « la Crémade » (en référence à une terre rouge couleur feu). Plus loin, nous découvrons la source d’un ruisseau qui sort de terre au milieu du chemin. Nous abandonnons ce terrain coloré et poursuivons notre chemin en direction du lieu appelé « les Rocs Blancs » dominé, comme son nom l’indique, par de gros rochers calcaires blancs.

La pose déjeuner s’annonce et nous dénichons un petit coin ombre /soleil afin que chacun trouve sa place. Après 3/4h , nous repartons, traversons « le plateau  des Paredaus , le Pioch de Louis » avec une végétation très serrée de chênes kermès et de pins ; passage tout près d’une campagne  « les Hérailles »,  nous traversons  la D161, entrons dans un bois qui descend pour rejoindre la rivière Hérault. Nous longeons l’Hérault et après avoir passé la campagne « Persévérante », nous bifurquons sur notre gauche et par un semblant de sentier, en franchissant quelques talus, nous arrivons aux ruines  de l'ermitage Saint Antoine du Lac (Appellation due au fait que les crues de l'Hérault transforment la plaine (située en contre bas ) en un vaste plan d'eau).  Belles vues sur Pézenas, la vallée de l’Hérault, les montagnes au loin et Castelnau de Guers. Il ne reste plus que de la descente vers le village pour rejoindre l'Eglise Saint-Sulpice de style gothique Languedocien qui fut construite par les moines bénédictins de Saint-Thibéry et le baron de Guers, à la fin du XIIIe siècle. Le clocher flanqué de quatre échauguettes est conçu comme un véritable donjon.

 Au passage nous admirons les maisons vigneronnes du village avec écurie au rez-de-chaussée, logement au 1ier étage,  pailler au dernier étage avec la « portaillère » surmontée de la « carelle » pour monter les balles de foin. Nous traversons des rues aux noms parfois originaux  : rue Pittoresque, rue Tartare, rue Mégère, rue Parnasse, rue Néréide, avenue Sautorochs… Castelnau de Guers est un village viticole : on y produit le fameux Picpoul de Pinet. Fin de rando à 17h.

C’est à Pézenas tout près, au bistrot « Le Molière »,  que nous partageons autour d’un verre des gâteaux faits maison.

Fait 19,7 kms - +460m de dénivelé                                                        

Commentaires