LA REDORTE Le 3 Avril 2016

5 avril 2016 - 09:11

De l’Epanchoir à l’étang de l’Estagnol : 15,4km, 270m de dénivelé

Nous partons à 9h45 de « Port la Fabrique ». Elise guide cette jolie balade riche en patrimoine le long du canal du Midi. Nous marchons sur un petit sentier bordé de Coronille, les arbres commencent à revêtir leur parure vert tendre, le printemps est bien là. Le petit pont canal  « Le Passelis »  permet à la rivière « Argent Double » de passer sous le canal du Midi. Nous suivons le chemin de halage et nous arrivons à  « La Dinée » actuellement centre d'exploitation des voies Navigables de France. Cette bâtisse construite lors de la création du Canal Royal servait de halte aux bateliers et aux voyageurs des coches d'eau qui "dinaient" là (à midi) pour coucher ensuite au Somail. Un aubergiste en occupait les lieux. La Dinée fournissait aussi des chevaux frais aux bateliers et servait d'affinage. Nous traversons le pont de pierre sur le Canal  avant d’arriver au domaine des « Pénitents Bleus ». Cette ferme était à l'origine fortifiée, ses salles sont voûtées et ses murs de 1,50 m d'épaisseur. Remaniée au cours des siècles elle possédait quelques 350 ha de terres qui ont été divisées il y a peu de temps entre plusieurs propriétaires. Un peu plus loin, c’est à l'ancien lavoir de la métairie que nous faisons une halte, une jolie haie d’arums borde le ruisseau. Plus loin le petit lac est animé par les pêcheurs de truites. Nous traversons «l'Argent Double » sur un petit pont. Devant nous se dresse la face arrière de l'Epanchoir, cette construction est classée monument historique. Commencé en 1677 et terminée en 1694 suivant les plans de VAUBAN, l'épanchoir de l'Argent Double permet au canal d'évacuer son trop plein d'eau dans la rivière « Argent Double ».  Nous traversons les 11 arches pour contempler de loin cette œuvre magnifique. Nous continuons sur le chemin de halage jusqu’au village et arrivons face à  « Port la Fabrique ». Autrefois le port drainait les vins de tout le haut Minervois. Les grosses barques de bois tirées par des chevaux y embarquaient  les demi-muids pour les acheminer vers Toulouse et Bordeaux par le cabotage côtier. Cette activité faisait travailler une foule d'employés et d'artisans tels que foudriers, tonneliers, charrons, bourreliers.

Nous reprenons les berges du canal avant de poursuivre sur l'ancienne voie ferrée. A la sortie du bois nous avons une vue au Nord sur la Montagne Noire et au Sud sur l’Alaric et les Corbières. La tour carrée de « la Valsèque » (ancien observatoire de la dernière guerre) est blottie dans une pinède où nous nous arrêtons pour le pique nique.

Nous passons ensuite à la Métairie de la Valsèque, puis nous longeons les vignes jusqu'à l'étang de l'Estagnol. Cet étang naturel a été aménagé en réserve nationale pour la faune sauvage. D'une superficie de quelques 35 ha cette réserve est gérée par la fédération départementale des chasseurs de l'Aude. L'on peut y observer canard colverts, souchets, pilets, siffleurs, sarcelles lors des migrations foulques, poules d'eau, bécassines et une foule d'autres limicoles qui y viennent s'y reproduire au printemps. Du plateau nous avons une vue plongeante sur l’étang et sur l’Alaric.

Nous longeons ensuite « l'Argent Double », de nombreuses fleurs printanières  poussent le long de ce joli sentier (Iris, Muscaris, Ornithogales, narcisses, tulipes….). Juste avant l’entrée du village se trouve un ancien aqueduc. Il fut construit entre 1830 et 1850 à l'initiative du fils du Comte MATHIEU de la Redorte, ces arcades servaient au transport de l'eau du Moulin Petit au château de La Redorte pour arroser le parc et toutes les dépendances. Une allée de platanes nous conduit au «Pont St. Georges». Nous arrivons ensuite aux piles d'un ancien pont en pierre de la voie ferrée, nous traversons la rivière par le pont en fer et nous rejoignons nos voitures.
Nous nous installons à la terrasse du café, face au port pour prendre un verre et déguster le bon gâteau de Jacquie.

Commentaires